- bijoux signés -

Cartier, le joaillier des rois

réalisé par Kyra Brenzinger

Ce titre prestigieux a été donné par le roi Edouard VII à l’occasion de son couronnement en 1902. Il commande 27 diadèmes à la maison Cartier de Londres et proclame Cartier comme étant le « joaillier des rois et le roi des joailliers ». Un titre et une commande fastueuse qui porteront chance au joaillier français…

Des cours européennes à l’Asie : des diadèmes au Tutti Frutti

Fondée en 1847 par Louis François Cartier, la maison a su vite se développer grâce à une lignée familiale de vrais entrepreneurs. Les premiers clients font partie de la cour de Napoléon III, mais aussi le grand tsar Nicolas II ou Alphonse III d’Espagne ont commandé des pièces de prestige et des diadèmes pour leurs épouses. Marie de Roumanie commanda un collier orné d’un saphir de 478 carats et plusieurs diadèmes. En 1911, Jacques Cartier, petit-fils du fondateur, part à l’aventure en Inde à la rencontre des maharajahs et de leurs palais fastueux. Le maharajah de Nawanagar lui confia son plus grand projet de réaliser un collier de cérémonie pour son accès au trône, orné d’un diamant de 136,25 carats et de multiples diamants de couleurs (roses, bleus, verts). Le succès fut tel que de nombreux autres maharadjas de Patiala et de Kapurthula confièrent leurs pierres et notamment les pierres gravées en émeraude, saphir et rubis en forme de feuillages et de fruits. Lors d’une exposition en 1913 à New York, Cartier met en avant ce savant mélange de pierres précieuses de couleurs mêlées au diamant et l’art indien était né, rebaptisé dans les années 70, comme le style « Tutti Frutti ».

L’Art déco : la maître de l’épure

  • Ce mouvement artistique est né à Paris en 1925, lors de l’Exposition internationale des arts décoratifs. Autre petit-fils du fondateur, Louis Cartier fait partie du pavillon de l’Elégance en tant que vice-président du groupe Parure. La maison Cartier devient une référence dans le style Art déco, jouant l’épure avec le contraste du diamant et de l’onyx. Certaines matières viennent apporter une touche exotique comme le corail ou le jade vert. C’est aussi à cette époque que Cartier (avec l’horloger Maurice Couet) développe ses incroyables pendules mystérieuses dévoilant des aiguilles semblant flotter dans un cadran en cristal de roche avec un mécanisme caché dans le socle. Autre grande invention du début du siècle dernier : la montre Tank, inspirée des chars d’assaut. Dans les années 40, la maison Cartier donne aussi naissance à de nombreux bijoux reprenant la forme des chenilles des tanks comme maillons de bracelets ou de colliers, aujourd’hui tant recherchés

Des perles fines aux perles de culture

Le troisième petit-fils du fondateur, Pierre Cartier développe la marque aux Etats-Unis et réussit un coup de maître à New York. En 1916, il propose à Morton Plant, homme d’affaires américain et propriétaire d’un hôtel particulier sur la 5ème avenue, d’échanger un collier de perles fines contre cet édifice. Morton Plant, qui ne sait résister aux désirs de sa femme, Maisie Plant, cède son hôtel particulier contre ce magnifique collier de 128 perles fines estimé à 1 million de dollars. A cette époque, arrive progressivement sur le marché occidental des perles de culture du Japon, développées par Kokichi Mikomoto. Ces perles de cultures remplacent progressivement les perles fines et se développent sur différents territoires comme à Tahiti, en Australie ou aux Philippines proposant des couleurs très variées (noires, blanches, roses, vertes, blanches, gold) se mariant à merveille aux pierres d’exception.

La panthère : pour les femmes de tête

  • Même si la silhouette de la panthère est déjà apparue en 1914 sur une montre-bracelet, c’est surtout la nouvelle directrice de création, Jeanne Toussaint nommée en 1933 qui créera l’animal fétiche de la maison. En 1949, elle dessine pour la duchesse de Windsor une broche panthère surmontant un cabochon de saphir étoilé de plus de 152 carats. Un véritable phénomène de mode est lancé et les femmes les plus influentes de la planète comme Daisy Fellowes, l’épouse de l’Aga Khan ou Maria Felix s’offrent de nouvelles versions. La célèbre panthère orne aujourd’hui de nombreuses versions de bagues, bracelets, colliers. Réinventée dans différents styles, figuratif ou stylisé, la panthère Cartier est tout simplement un must !

Les diamants mythiques aux bagues de fiançailles 

Les premiers diamants de la célèbre mine indienne de Golconde ont orné les cous des maharadjas. Mais la star Elizabeth Taylor a créé un véritable couple mythique avec Richard Burton qui lui offre de nombreux bijoux d’exception comme ce diamant taille poire de 69,42 carats, monté sur un collier par la maison Cartier en 1969. Autre grande star américaine : Grace Kelly reçoit du Prince Rainier pour ses fiançailles une bague ornée d’un diamant de 10,48 carats. Ne souhaitant plus quitter cette bague, elle la portera dans son dernier film High Society avant de quitter le cinéma pour sa carrière de princesse de Monaco. Les bagues de fiançailles de Cartier sont devenues un must pour les jeunes mariées. Le solitaire 1895 est le modèle iconique par excellence avec son solitaire monté sur 4 griffes et sur platine. La collection diamant comporte aussi de nombreux modèles plus récents comme la collection Amulette ou le somptueux collier Draperie, orné de diamants sertis clos et montés sur 18 rangs de boules d’or.

Une histoire de sentiments : Trinity

  • Créés en 1924 par Louis Cartier, les célèbres 3 anneaux Trinity allient 3 ors : jaune, rose et gris symbolisant les sentiments d’amitié, d’amour et de fidélité. Jean Cocteau rend cette création emblématique en la portant et en l’offrant à son compagnon, l’écrivain Raymond Radiguet. De nombreuses personnalités adoptent ce symbole d’amour universel comme Gary Cooper, Grace Kelly ou le duc de Windsor. Aujourd’hui, ce modèle emblématique propose de nombreuses versions : tricolore ou monocolore, avec ou sans diamants et se décline en parures (colliers, bracelets, boucles d’oreilles).

Les créations iconiques d’aujourd’hui

Le bracelet Love particulièrement épuré et moderne est pourtant une création qui remonte à 1969. Le dessinateur Aldo Cipullo imagine ce bracelet dans l’atelier de Cartier à New-York. Le bracelet est gravé de motifs de vis et il se referme avec une vraie vis en or, accompagnée d’un mini tournevis. Ces « menottes d’amour modernes » sont un lien symbolique entre deux êtres. Véritable génie créatif, Aldo Cipullo imagine également en 1971, le bracelet Clou de la Nail collection qui comprend aussi des bagues, boucles d’oreilles et colliers. Aujourd’hui, rebaptisé Juste un clou, le design est parfaitement stylisé enroulant le poignet et donnant un aspect glam-rock à cette collection. Ces deux créations, Love et Juste un Clou sont parfaitement unisexes et symbolisent l’amour de façon universelle.

Un précieux hommage à la nature

Après ses nombreuses interprétations animalières, la maison Cartier s’intéresse également au règne végétal. L’orchidée, venue d’Asie au XVIème siècle, fascine Cartier qui l’interprétait déjà dans les années 30 sous forme de broche. Mais c’est en 2005 que le joaillier dédie sa collection Haute Joaillerie Caresse d’orchidée à cette fleur si mystérieuse. Ses couleurs chatoyantes sont réinterprétées avec des améthystes et rubis que l’on voit apparaître à travers une dentelle de diamants créant des boucles d’oreilles en cascade de fleurs.En 2016, la maison Cartier lance à contre-courant des tendances sa ligne Cactus qui ne manque pas de piquant. Ces fleurs éphémères s’ornent de lumineuses chrysoprases, émeraudes et cornalines et se métamorphosent en bagues boules d’or protégeant les doigts. Des bracelets ou colliers font éclore des petites fleurs en diamant blanc apparaissant comme lors de la rosée du matin. Un vibrant hommage à la nature et symbolisant la préciosité de la vie !